La certification LEED, définition d’un concept important pour la formation en architecture durable

Au cours des deux dernières décennies, les enjeux environnementaux ont pris une place prépondérante dans plusieurs sphères telles que l’économie, l’industrie et la construction.

À l’heure où la nécessité de rationnaliser l’usage des ressources qu’offre notre planète est plus qu’impérative, il a fallu trouver les moyens de réduire les factures d’énergie, ou encore inventer des matériaux verts qui durent plus longtemps et qui se recyclent plus souvent.

Tous ces efforts sont assujettis à des normes et directives strictes en matière de composition et de rendement. Et comme pour tout procédé et produit dont on cherche à prouver la qualité, des plans d’évaluation ont été conçus afin d’être attribués aux techniques qui répondent aux critères fixés.

À cet effet, la certification LEED s’impose comme une référence en la matière. En quoi consiste-t-elle, et pourquoi devrait-on s’y conformer? Voici des éléments de réponse qui devraient vous éclairer sur le sujet.

Une première définition de la certification LEED

La certification “Leadership in Energy and Environmental Design”, renvoyant à une approche pionnière en matière de construction écologique et d’usage optimisé des ressources d’énergie, est un ensemble de critères d’évaluation permettant d’attribuer des notes de performance écologique à une variété d’aspects tournant autour de la construction, tels que la composition des matériaux, les plans architecturaux, ou encore les techniques et procédés utilisés.

Ces critères d’évaluation touchent à tous les aspects fondamentaux de la formation en architecture durable, d’où l’importance de s’y intéresser et de comprendre ses visées écologiques.

En allant plus vers les détails, la certification LEED évalue les nouvelles constructions et permet même d’optimiser les bâtiments existants en recommandant des mises à niveau écologiques spécifiques.

Se situant sur plusieurs paliers, ce système évalue l’intérieur comme l’extérieur, questionne les orientations et l’usage des ressources naturelles comme la ventilation et l’éclairage, et impose de rigoureux critères de sélection à des bâtiments à usages divers.

Vers un développement écologique de la construction

Au fil des cours d'architecture durable, vous remarquerez facilement que l’esprit fondateur de la certification LEED est présent dans tous les volets importants. À présent, le développement durable vise à optimiser la construction dans tous les domaines.

C’est pour cette raison qu’à ce jour, la certification LEED a été attribuée à 1800 bâtiments au Canada, alors que des milliers d’autres sont en voie d’obtention de ces précieux lauriers. Ce sont des gratte-ciels, des écoles, des centres de soins médicaux ou de transport en commun et même des maisons qui suivent les normes LEED et contribuent quotidiennement à la préservation de l’environnement.

Les chiffres plaident à la faveur du système d’évaluation LEED, puisque les économies en énergie sont suffisamment importantes pour alimenter plus de 200 000 habitations d’après les dernières statistiques du Conseil du Bâtiment Durable du Canada (CBDC).

Au vu du nombre important des bâtiments qui sollicitent la certification LEED, l’on saisit que la préservation de l’environnement a été mise au cœur des préoccupations de l’architecture durable, et que les professionnels du secteur en ont pris conscience en concrétisant des plans de construction écologiques.

Parce que le développement de la construction est en plein essor au Canada, et au Québec plus particulièrement, il est important de se doter des atouts académiques les plus avancés pour réussir sur le plan professionnel.

En optant pour le bon collège d'architecture durable à Montréal, vous maximisez vos chances d’intégrer un des filons les plus prisés du marché du travail local.

Apprenez-en davantage sur notre programme,

visitez notre portail pour consulter les détails de la formation en  architecture durable  <http://www.herzing.ca/fr/montreal/formation/architecture-durable/>